04 90 74 09 18
Foire aux Questions2018-10-02T21:15:33+02:00

FOIRE AUX QUESTIONS

Vous cherchez une réponse à une question précise ?
Retrouvez nos FAQ qui répondent à vos demandes les plus fréquentes.
Pour toute question plus personnelle concernant votre projet, contactez-nous !

Quand contacter un conseiller Rénover c’est gagner ?2018-09-30T15:04:55+02:00

Le plus tôt possible, dès que vous réfléchissez à entreprendre des travaux d’amélioration de votre logement. Nous pourrons ainsi déterminer précisément avec vous quels travaux de rénovation énergétique sont les plus opportuns à réaliser. Intervenir en amont du projet permet d’optimiser les travaux, tant sur le plan technique qu’économique, et de réduire la durée du chantier.

Ou à tout moment ! Vous avez entrepris des travaux et vous rencontrez des difficultés ? Vous n’êtes pas certain d’avoir choisi la meilleure option pour revoir l’isolation ? Vous cherchez une alternative à la climatisation pour rafraîchir votre logement l’été ? Vous trouvez vos factures d’énergie trop élevées ? Pour toutes ces questions (et bien d’autres), nous vous apportons des conseils et des solutions !

Dans quels cas faire réaliser un diagnostic énergétique ou un audit ?2018-09-30T15:15:53+02:00

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) vise à informer sur la consommation d’énergie d’un bâtiment (représenté par une lettre de A pour les plus économes à G pour les plus énergivores). Attention, ce diagnostic ne concerne que le chauffage, la climatisation et la production d’eau chaude sanitaire.L’éclairage, les appareils électroménagers, la ventilation, etc., sont donc exclus. Ce document, valable 10 ans, fait partie du dossier de diagnostics techniques réglementaire qui doit être présenté à l’achat ou à la location d’un logement (ou d’un bâtiment tertiaire). Ce type de diagnostic permet de situer le niveau de consommation du logement et peut apporter quelques recommandations d’amélioration énergétique.

L’audit global permet de réaliser un état des lieux précis et d’envisager différent scénarios de travaux d’amélioration. Il comprend un audit énergétique complet et un audit architectural, qui débouchent sur des préconisations chiffrées. Cet audit payant est rarement nécessaire pour les logements individuels mais peut s’avérer utile dans le cas de rénovations lourdes. Dans tous les cas, nous vous conseillons gratuitement sur les travaux et éventuelles études à entreprendre.

Pour les copropriétés, le diagnostic technique global (DTG) est un document permettant d’assurer l’information des copropriétaires sur la situation générale de l’immeuble et d’envisager d’éventuels travaux mis en œuvre dans le cadre d’un plan pluriannuel de travaux. Cet audit énergétique est devenu obligatoire pour certaines copropriétés (plus d’information sur le site de l’ARC ou sur service-public.fr).

Quels travaux sont soumis à une déclaration préalable ou à un permis de construire ?2018-09-30T15:18:04+02:00

Tous les travaux modifiant l’aspect extérieur du bâtiment sont soumis au dépôt d’une déclaration préalable en mairie. Il s’agit par exemple de changements de fenêtres et volets, du ravalement de façade avec ou sans isolation (peinture, enduit ou bardage), de la modification de la toiture.

Dans le cas d’une extension :
Si la surface créée est supérieure à 40 m² et si la surface totale (existante + créée) est inférieure à 170 m², une simple déclaration préalable de travaux suffit. Si la surface totale dépasse 170 m², il faudra alors déposer en mairie une demande de permis de construire.

Si la surface créée est supérieure à 50 m², le permis de construire devra être accompagné d’une étude thermique respectant le seuil de consommation imposé par la RT 2012 (réglementation thermique).

Quelles actions gratuites permettent de faire des économies d’énergie ?2018-10-03T12:47:08+02:00

Pour économiser de l’énergie à la maison vous pouvez renouveler vos équipements en choisissant du matériel plus performant (en vous appuyant sur l’étiquette énergétique), faire des travaux mais aussi agir gratuitement en modifiant légèrement vos habitudes.

Appliquez les éco-gestes peut vous permettre d’atteindre 40% d’économie ! Ces gestes de bons sens sont très rentables pour un investissement nul :

  • Réglez la température de votre chauffe-eau à 55°C maximum pour l’utilisation sanitaire et 40 à 60°C pour la chaudière (radiateurs). Vous pouvez également couper la production lors des absences longues.
  • Limitez votre consommation à vos besoins réels en faisant attention à l’extinction des appareils hors fonctionnement (radio allumée dans une pièce vide, télé en veille, lumières allumées lorsqu’il fait jour, etc.).
  • Diminuez la température de chauffage : 1°C en moins c’est environ 7% d’économie.

Les températures de consigne sont très variables et fluctuent selon les performances de l’habitat et les habitudes de ses occupants. Le code de l’énergie recommande entre 18 et 20°C pour les pièces à vivre occupées, 16 à 17°C la nuit, 14 à 16°C en cas d’absence de moins de 3 jours, et 10 à 12°C en inoccupation longue.

  • Entretenez vos équipements afin qu’ils soient au maximum de leur efficacité : Ventilation mécanique contrôlée (VMC), chaudière, radiateurs, dégivrage du réfrigérateur, détartrage de la machine à laver…
  • Étudiez vos factures d’énergie pour connaitre les plus gros postes de dépenses, voir même repérer des consommations inhabituelles dues à du matériel défectueux par exemple. Pensez à vérifier que votre abonnement est adapté à votre consommation.

Retrouvez tous les éco-gestes dans les guides pratiques de l’ADEME pour économiser l’eau et l’énergie à la maison, utiliser vos appareils de façon économe ou utilisez ce mémo en image.

Quelles aides financières pour mon projet ?2018-10-03T12:47:37+02:00

Pour l’isolation, le chauffage, les énergies renouvelables… des critères d’attribution liés au logement, à votre situation et aux caractéristiques techniques des matériels installés sont exigés pour obtenir les aides financières à la rénovation du logement.

La plupart des aides financières sont détaillées dans un guide pratique de l’ADEME disponible ici. Ce guide liste les aides nationales existantes (crédit d’impôt transition énergétique, éco-prêt à taux zéro, subventions, réductions…), leurs conditions d’attribution, les cumuls possibles et les critères techniques exigés pour les équipements et matériaux pour l’année 2018.
Il existe également des aides locales sur lesquelles nous pouvons vous conseiller. N’hésitez pas à nous contacter ! Nous vous aiderons à y voir plus clair en adaptant les aides que vous pouvez obtenir aux travaux que vous réalisez.

Attention, certaines aides exigent des démarches avant le démarrage des travaux. Pensez à vous renseigner dès le début de votre projet. N’entreprenez jamais les travaux avant que l’attribution des aides n’ait été validée !

Quelles sont les normes et conditions pour bénéficier des aides financières ?2018-10-03T12:48:18+02:00

Certaines aides exigent des démarches avant le début des travaux et la signature des devis. Pensez à vous renseigner dès le début de votre projet.

L’obtention des aides est conditionnée par l’intervention d’un professionnel bénéficiant de la certification RGE, reconnu garant de l’environnement, listés dans cet annuaire. Vous trouverez le détail des certifications nécessaires dans ce guide pratique de l’ADEME..

Nous travaillons en lien étroit avec les professionnels locaux et leur proposons une charte qualité afin d’assurer, au-delà de la certification RGE, un travail exemplaire en Vaucluse et Luberon Haute-Provence. La liste des professionnels partenaires sera bientôt disponible sur ce site.

Est-il obligatoire d’isoler mon logement ?2018-10-03T12:48:48+02:00

Depuis 2017, certains travaux de rénovation sont obligatoirement accompagnés de travaux d’isolation thermique : les ravalements de façades, les réfections de toiture et les travaux permettant d’augmenter la surface habitable tels que l’aménagement du garage ou des combles. Plus d’information dans le guide ADEME : « Quand devez-vous isoler ? ».

Au-delà de l’obligation, le fait de concentrer en une seule intervention la rénovation et l’isolation permet des économies d’échelle non négligeables, notamment sur la mise en place du chantier et la gestion des déchets.

Quels matériaux choisir ?2018-10-03T12:49:15+02:00

Le lien suivant vous guidera vers un livret pratique de l’ADEME qui traite les questions principales à se poser : les matériaux adaptés selon les usages, les critères de qualité, les obligations et réglementations, les performances environnementales et l’impact sur la santé.

Nos conseillers vous accompagnent dans ces choix et vous apportent des conseils personnalisés par rapport à votre projet, aux ressources disponibles sur le territoire et à la réglementation locale.

Comment choisir mon système de chauffage ?2018-10-03T12:49:48+02:00

Une attention particulière doit être portée au dimensionnement des installations, qui seront d’autant plus réduites et économiques si des travaux d’isolation ont été effectués : puissance de la chaudière, diamètre des canalisations, taille des radiateurs, calorifugeage.

Lors de l’installation ou du renouvellement d’un système, il est impératif de raisonner en coût global comptant l’acquisition du matériel, le fonctionnement et l’entretien de l’installation sur l’ensemble de la durée de vie du matériel.

Le choix du type d’énergie (bois, électricité, fioul…) aura un effet direct sur le montant de votre facture de chauffage. Ce choix dépendra de la disponibilité des ressources (raccordement au gaz de ville, possibilité d’installer une cuve ou un silo pour des granulés de bois…), de votre sensibilité aux énergies renouvelables (bois bûches ou en granulés) et du type d’émetteurs que vous souhaitez (ré) utiliser.

L’AJENA propose ici un argus de l’énergie présentant la quantité de rejet de CO2 produite (à gauche sur la page) et le prix des énergies (à droite sur la page) en incluant certains frais tel que le coût de l’abonnement.

Le choix du système de chauffage (central ou divisé) et du type d’émetteurs (radiateurs, poêle, plancher ou plafond chauffant) dépendra des caractéristiques de votre logement (besoin de production d’eau chaude, surface à chauffer, répartition et éloignement des pièces, type de combustible, mode d’occupation des pièces). Si votre logement dispose d’un réseau de radiateurs, le plus intéressant est de le réutiliser en y raccordant une chaudière neuve.

Le choix des émetteurs dépend également du niveau de confort (ressenti) car ils répartissent différemment la chaleur dans l’espace (entre le sol et le plafond et selon la proximité de l’émetteur).

Pour plus d’informations, l’ADEME met à disposition un guide pratique qui détaille les avantages et inconvénients des différentes solutions de chauffage. Pour un accompagnement complet de votre projet, contactez-nous.

Comment améliorer le confort de mon logement en été ?2018-09-30T15:48:51+02:00

En été, la chaleur pénètre depuis l’extérieur avec le rayonnement solaire direct, la transmission de chaleur par les parois (murs, fenêtres, toit) et les entrées d’air chaud (défauts d’étanchéité et ventilation). Pour autant, les apports internes ne doivent pas être négligés : il s’agit du fonctionnement de tous les appareils électriques (éclairage, réfrigérateur, téléviseur, etc.) et de l’énergie de cuisson, qui se convertissent en chaleur dans le logement.

Pour ne pas avoir trop chaud dans la maison, il est nécessaire de se protéger du soleil direct, d’éviter d’ouvrir la journée et de ventiler la nuit autant que possible, de limiter au minimum l’utilisation des appareils électriques qui dégage de la chaleur (four, éclairage, ordinateur, télévision…) et de favoriser les matériaux ayant une forte inertie thermique (stockant la chaleur et la restituant lentement).

Attention aux choix des matériaux, les caractéristiques des isolants ne sont pas les mêmes pour se protéger de la chaleur estivale ou pour conserver la chaleur à l’intérieur du logement en hiver.

Attention également à la climatisation – c’est une source de consommation électrique supplémentaire !

Un système de ventilation est-il indispensable ?2018-10-03T12:50:19+02:00

Une bonne ventilation est essentielle pour évacuer l’air vicié et les nombreux polluants dans nos maisons (vapeurs et produits chimiques issus du mobilier, des peintures, des matériaux…). La ventilation est une obligation légale pour tous les logements construit après 1982. L’aération doit être générale et permanente, la circulation d’air doit se faire depuis des entrées d’air situées dans les pièces principales, jusqu’à des sorties dans les pièces de service. Des débits réglementaires sont exigés.

La ventilation naturelle du logement est la moins coûteuse en énergie mais reste difficile à contrôler (vent, défaut d’étanchéité, grilles d’aération obstruées…). Dans les constructions récentes et étanches à l’air, la VMC – ventilation mécanique contrôléedouble flux est la plus efficace, car elle permet de renouveler l’air en limitant la perte de chaleur.

Cependant, ce système plus coûteux perd de son intérêt pour les logements anciens, peu étanches, où une VMC simple flux suffira à assurer une bonne circulation de l’air. Dans ce cas, les VMC hygroréglables sont à privilégier car l’ouverture des bouches d’extraction, et éventuellement des entrées d’air, s’adaptent en permanence au taux d’humidité de la pièce.

Il existe d’autres types de ventilation moins couramment utilisées ou spécifiques aux logements collectifs.

Plus d’info dans ce guide pratique de l’ADEME qui détaille et compare tous les systèmes de ventilation, de l’achat à l’entretien.

Comment contacter des professionnels qualifiés pour mes travaux ?2018-10-03T12:50:51+02:00

L’obtention des aides financières est conditionnée par l’intervention d’un professionnel bénéficiant de la certification RGE, Reconnu Garant de l’Environnement, listés dans cet annuaire. Vous trouverez le détail des certifications nécessaires dans le guide pratiques de l’ADEME en suivant ce lien.

Nous travaillons en lien étroit avec les professionnels locaux et leur proposons une charte qualité afin d’assurer, au-delà de la certification RGE, un travail exemplaire en Vaucluse et Luberon Haute-Provence.

Comment profiter de l’énergie solaire ?2018-10-03T12:51:21+02:00

L’énergie solaire est disponible partout, gratuite à l’usage, abondante, inépuisable et non polluante. Elle peut être utilisée pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire ou d’électricité.

Il est facile de la capter pour produire de la chaleur. Grâce à des équipements robustes et fiables, l’énergie solaire permet de fournir une part importante des besoins de chauffage et d’eau chaude pour de nombreuses années. Ces installations ont l’avantage de diminuer les rejets de polluants et de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Pour plus d’informations, consultez ce guide de l’ADEME qui présente les différents équipements permettant de chauffer l’eau et la maison.

Décentralisée, accessible et modulable, l’électricité photovoltaïque peut être une option intéressante pour votre production personnelle. Mais une installation de panneaux solaires photovoltaïques est une opération spécifique, qui nécessite d’avoir les bonnes informations et de connaître la marche à suivre. Choix du matériel, du professionnel, démarches administratives, demandes d’aides… : il est important de ne rien oublier. Pour cela, vous pouvez compter sur nos conseillers. L’ADEME met à disposition ce document présentant les techniques et le matériel disponibles, les solutions appropriées à votre situation, les aides et les démarches à entreprendre pour mener à bien un projet photovoltaïque.

Vous cherchez une information générale :
consultez les fiches pratiques de l’ADEME en suivant ce lien.

Vous avez une question particulière, un projet :
contactez-nous pour un accompagnement complet et des conseils personnalisés !